Articles

Une retraite dans un monastère ShivA

Une période de convalescence avec d’autres séropositifs

Les retraites organisées par ShivA sont plus populaires. Elles vous permettent de consacrer un peu de temps à vous-même, de découvrir qui vous êtes et de savoir ce que vous voulez faire de votre vie. Il y a des groupes mixtes et des groupes féminins. C’est une bouffée d’air frais. Un témoignage personnel.

Bien sûr que j’y avais songé auparavant. Mais vous savez comment vont les choses : pas le temps, pas l’humeur à le faire ou trop occupé. Même si je savais que j’allais probablement aimer cela. J’avais déjà fait quelque chose dans ce genre dans  le passé et j’avais aimé. A cette époque, il y a très, très longtemps, j’y ai séjourné avec des amis étudiants pour préparer les examens.

Cette année-ci, j’ai découvert au moment voulu l’annonce de la retraite, organisée par ShivA. J’ai reçu l’annonce par e-mail et j’ai tout de suite réagi. Peut-être était-ce dû aux slogans accrocheurs : ‘mettez le cap’, ‘échanger des idées avec d’autres’, ‘rejoindre la routine monastique’, ‘jouir d’un beau parc’ et ‘s’occuper de votre corps et refaire le plein d’énergie’.

Fin janvier, c’était le genre de trucs que j’avais envie de faire, mais la retraite en soi n’était prévue que pour la mi-mars. Cette envie avait certainement un rapport avec le fait que je devais faire quelques choix importants concernant ma vie et ma carrière. J’ai donc réagi immédiatement et j’étais parmi les heureux à pouvoir participer sans devoir passer par une liste d’attente. Vu que je ne fête mon anniversaire que tous les cinq ans, c’était une belle occasion d’échapper à cette journée. C’est du moins ce que je croyais. Je n’avais pas tenu compte de mes amis participants.

Un séjour parfaitement organisé
Les slogans accrocheurs ont tenu leurs promesses. La retraite était organisée dans un prieuré à Maarssen avec les Kanunnikessen van het Heilig Graf (Chanoinesses du Saint-Sépulcre). Voir ici : www.priorijemmaus.nl/ (neerlandais). Depuis 1099, cet ordre offre l’hospitalité, jadis aux pèlerins qui se rendaient à Jérusalem et aujourd’hui aux personnes à la recherche de solitude. L’ordre accepte aussi des groupes ayant un but spécifique. Dans notree cas, le groupe était constitué de quatre hommes et de six femmes. Les deux superviseurs étaient Inga Miekitz (conseiller spirituel pour séropositifs) et Marjolein Annegarn (body workshop et massages). ShivA organise et supervise ces journées. Mais le programme n’était pas surchargé. Nous devions remplir nous-mêmes une partie de la journée (les après-midi). Pour le reste de la journée, nous avions un programme commun pour les douze participants. La variation entre les activités de groupe et le reste était bien pensée. Ce qui était également encourageant, c’est le fait que nous n’avons à aucun moment été associés à la tradition chrétienne ou l’église. L’organisation était irréprochable. Pour moi, le programme était parfait. Même les instructions pour les transports publics étaient rigoureusement exactes. Cette fois-ci, la société néerlandaise des chemins de fer NS et les bus régionaux ont tellement bien collaboré que j’étais le premier à descendre du bus à Maarssen. Je me suis rendu jusqu’à une enceinte en pierre et après avoir passé la porte, j’étais ébloui par la beauté naturelle des lieux. Même s’il pleuvinait ce 12 mars 2009, le jardin du monastère étaient couvert de perce-neige et de crocus. C’étaient les premiers que je voyais cette année et pendant un certain moment, j’étais envahi par une fièvre printanière dans le froid hivernal de Maarssen. Une excellente première impression. J’ai poursuivi mon chemin jusqu’à arriver à un manoir du 17ième siècle, dénommé ‘Doornburgh’ avec des parquets qui craquent (le groupe allait séjourner là). Une ambiance stupéfiante après tout. Nous avions chacun notre propre chambre. Nous ne devions pas apporter de draps. Tout était prévu. Sauf que les serviettes auraient pu être plus épaisses. En plus, certains participants ont dû faire leur lit avec de vieilles couvertures au lieu de duvets. Je croyais que c’était plutôt douillet pour changer, j’avais l’impression d’être dorloté.

Choyés
Inga et Marjolein ont contribué largement à cette sensation de bien-être. Tranquillement, sans rien forcer. Une partie optionnelle du programme consistait à participer aux prières et chœurs, qui étaient tenus quatre fois par jour dans la chapelle. Le cloître est situé dans un bâtiment séparé,  à quelque 200 m du manoir. Il a été construit en 1966. Je ne suis pas un grand admirateur de l’architecture moderne, mais je trouve que ce bâtiment (du moins la chapelle) a un très joli intérieur. Plus tard, nous avons eu droit à une visite guidée du monastère et celui-là aussi s’est avéré splendide. De belles proportions, une merveilleuse lumière naturelle, et des matériaux et des couleurs très reposantes. Un ensemble extraordinaire. La chapelle en soi donnait l’impression d’une couverture chaude. Les repas étaient servis dans les réfectoires pour hôtes du monastère. Ces repas étaient simples, mais nourrissants, et on tenait compte des régimes. Ce qui était également agréable, c’est que pendant les loisirs, on pouvait réserver un massage chez Marjolein.

Présentations et informations pratiques
La plupart des participants sont arrivés entre quatre heures et demi et six heures du soir. Le deuxième jour, une participante, qui n’avait pas trouvé de baby-sitter pour ses enfants le jeudi, nous a encore rejoints. La première présentation était informelle. Nous avons échangé nos noms et nos origines. On ne devait pas dire ce qu’on ne voulait pas dire. Après des sandwiches et un snack chaud, le groupe s’est rendu à la chapelle pour les vêpres. Pendant la majorité de leurs services, les nonnes chantent. Et elles chantent bien, les prières du soir en latin étaient merveilleuses. Pour ceux qui y sont sensibles, le mysticisme du monastère chrétien est très tangible. Aussitôt après les vêpres, nous sommes rentrés au manoir et avons reçu des informations pratiques pour les jours que nous allions partager ensemble. Nous avions tous emporté un ou deux objets qui occupaient une place spirituelle ou spéciale dans notre vie. Cela pouvait être une photo d’un être cher, mais aussi un objet religieux ou un livre qui vous avait inspiré plus que d’habitude. J’avais emporté une statuette en bronze de Ganesh. Ganesh est le dieu hindou du savoir discret, de la sagesse occulte… mais aussi des (bonnes) choses inattendues. Les participants ont suivi attentivement les témoignages des autres. La soirée était clôturée par une séance de méditation apaisante sous la direction de Marjolein. Vu que je n’étais pas chez moi, je ne pouvais pas dormir. Cependant, le jour suivant, j’avais la tête fraîche et j’étais plein d’énergie.

En route
Le second jour commença par un échauffement physique. Des exercices de stretching que vous pouvez également faire chez vous et qui aident à vous sentir mieux et à rester  en phase avec la réalité. Nous avons abordé le thème principal de la matinée, un exercice d’imagination sur le thème ‘en route’. Dans notre imagination, nous avons traversé des paysages dans lesquels nous avons rencontré nos forces, nos peines, nos désirs et nos espoirs. Vous pouviez mettre les images qui se présentaient à vous sur papier, avec des crayons de couleur. Ensuite, nous sommes tous sortis pour une promenade dans le silence. L’avantage est qui vous restez attentif à ce qui s’est révélé pendant l’exercice d’imagination guidée. C’est un bon moyen pour découvrir ce qui se passe réellement dans votre vie. La question m’avait déjà préoccupée un certain temps, cela cadrait donc avec ce que je faisais. Je crois que l’idée que la vie est un long voyage constitue un excellent exercice mental. Parfois, nous sommes tous trop axés sur les résultats ou sur notre passé. Nous perdons le contact avec le quotidien, avec la réalité, avec les choses que nous vivons chaque jour. Ce genre d’exercices vous rend plus conscients du quotidien et plus aptes à en profiter. Même si le résultat n’est pas ce que vous attendiez ou ce à quoi vous croyiez être destiné.

L’après-midi était libre. Certains participants ont fait plus ample connaissance en bavardant ou en allant ensemble au village pour faire des courses. Comme il y avait un piano, j’ai préféré jouer.

Le soir, nous écoutions de la musique, mais aussi des poèmes et des textes que quelqu’un avait apporté. Autant de goûts, autant de sensibilités. Parfois la musique était émotionnellement chargée et émouvante, d’autres fois très moderne.

Tracez votre propre voie
Le troisième jour a également commencé par un échauffement physique. Ensuite, nous avons attaqué le programme ‘tracez votre propre voie’. Le reste de la matinée,  nous nous sommes demandés ce que signifie notre vie actuelle et tracé d’une manière ludique la voie que nous aimerions suivre. Nous avons mis sur papier ce que nous trouvons important en nous servant de symboles. Des symboles pour le travail, l’argent, la santé, la famille, les relations et quelques autres aspects de la vie. Cela avait un rapport avec l’exercice d’imagination. Ensuite, nous avons discuté de tous les projets. J’ai été surpris par la capacité d’écoute des participants et par la façon dont ils s’interrogeaient lorsqu’il y avait quelque chose qu’ils ne comprenaient pas ou lorsqu’ils avaient l’impression que quelqu’un avait tendance à être évasif. Cela c’est passé d’une façon très naturelle et sans la moindre confrontation. Bien sûr, des émotions fortes ou moins fortes ont fait surface au sein du groupe. Mais j’étais étonné de la facilité de communication. Et à quel point les superviseurs nous ont encadrés sans rien forcer. Sans rien forcer…. Bien que clairement, gentiment, chaleureusement et de façon structurée. Cela nous a fait du bien.

L’après-midi, nous étions à nouveaux libres. Un ami est venu me chercher et nous avons été à Utrecht pour visiter des librairies et prendre un café avec des gâteaux à la Coffee Company. La soirée était à nouveau consacrée à la relaxation et à l’énergie. Mais nous avons également passé une partie de la soirée avec des personnes qui étaient absentes à la session matinale. C’était une conversation de groupe très relaxée.

Les adieux
Quelqu’un avait découvert que c’était mon anniversaire le dimanche suivant. Donc le dimanche, tout le groupe a chanté ‘Heureux anniversaire’. Marjolein m’a donné un massage gratuit. Il y avait également des fleurs, une carte d’anniversaire et à la fin de la journée, un taxi m’a conduit à Amsterdam avec un des participants. Quelle gentille attention ! Le programme avant midi consistait à préparer ensemble la cérémonie d’adieu. J’ai joué une pièce de musique classique au piano. Nous avons chanté et fait une promenade tout en réfléchissant sur quelques thèmes simples. Nous avons aussi reçu un merveilleux message personnel, ainsi qu’un cadeau pratique pour nous  réchauffer chez nous.

Après le déjeuner, nous avons eu droit à une visite guidée du monastère par une des religieuses et à une étreinte chaleureuse. Ensuite, nous sommes tous rentrés chez nous. Lorsque je suis arrivé chez moi, il avait une carte ‘Welcome Home’ de ShivA. Je vous conseille vivement de suivre une retraite avec ShivA.

Contact

Hiv Vereniging Nederland

Eerste Helmersstraat 17

1054 CX AMSTERDAM

020 6 160 160

servicepunt@hivnet.org
>> directions

 

Servicepunt

020 689 25 77
servicepunt@hivnet.org

Pour toutes vos questions au sujet de la vie avec le VIH. Joignable le lun.- mar. - jeu. de 14 h 00 à 22 h 00.

>> lire plus

L'adhésion

Soutenir l'association et devenir membre
 >> Contactez Servicepunt